La Bonde

La fin de l’été arrive, nous allons cesser d’aller à la Bonde.

L’étang de la Bonde est une pièce d’eau au centre du Pays d’Aigues. Elle A une surface d’environ 30 hectares.

C’est le centre de loisir de la région. On vient de partout profiter de la fraicheur de l’eau.  

cheval se baignant dans la Bonde

Les nageurs plongent dans l’eau, ils nagent, éventuellement ils traversent le lac. C’est un moment spécial quand vous commencez à vous baigner. Devant vous, vous voyez le Luberon, les pins d’Alep de la berge, la falaise de calcaire au nord. Pas de trace d’activité humaine, à part la digue qui borde l’étang au sud et le clocher du château. Avec vous, nagent les colverts, les poules d’eau, les foulques. Parfois vous apercevez un héron, ou vous voyez une carpe ou un brochet qui remontent à la surface. Nagez dans l’étang de la Bonde, c’est une expérience rare de plonger dans la nature,  de revenir à l’origine du monde.

La Bonde vers 1935

Si vous vous retournez, vous voyez les restaurants et le camping. La Bonde est aussi un lieu de loisirs « populaires ».  Le mot est souvent dit avec un peu de condescendance.

Lac de la Bonde vers 1935, la famille Fouque, Madeleine, Maxime, Suzanne, Marthe, Jacquou et Malvina

Après une semaine de travail acharné, nous avons bien le droit de nous reposer, de nous vider la tête. Cet espace est celui de l’éphémère, du changeant, de notre goût pour la nouveauté. 

Mireille en pédalo à la Bonde vers 1965

Les pédalos d’antan ont été remplacés par les paddles et les canots gonflables. Le camping s’est étendu, les tentes ont été remplacées par des bungalows. Les boulistes sont moins nombreux.

Un jour la pizzeria et le bar sont apparus. Les amateurs pouvaient manger des pizzas bien grasses de fromage fondu, qu’ils partageaient à plusieurs. Il fallait les commander, puis le cuisinier appelait le prénom qu’avait donné le client « Thierry », « René », « Dédé ». Nous allions chercher les pizzas, les couverts et   nous revenions les bras chargés, en  évitant de nous bruler. La pizzeria a élargi son offre, proposant des salades, des burgers, et même un temps des plats provençaux, la daube, les pieds-paquets. Mais elle gardait toujours le crieur. Les pizzas sont toujours là, les baigneurs sont toujours aussi nombreux à se presser pour commander.  Les tables en plastique vert ont été remplacées par des tables et des bancs en bois. Le crieur a été remplacé par un buzzeur que la serveuse donne au moment de la commande et qui sonne lorsque le plat est prêt. Le folklore y a perdu mais le crieur sera moins enroué.

Canards sur la Bonde

Un commentaire sur “La Bonde

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :