La seconde poétique

  Dans les monastères, les synagogues et les mosquées se réfugient les faibles que l’Enfer épouvante. L’homme qui connaît la grandeur d’Allah ne sème pas dans son cœur les mauvaises graines de la terreur et de l’imploration. Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

  Comme la Roue ne tourne pas selon les désirs du sage, Qu’importe que tu comptes sept ou huit cieux, Puisqu’il faut mourir et quitter ces rêves, qu’importe que les vers au tombeau ou les loups dans la campagne dévorent ton cadavre. Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

Un jardin, une jeune fille onduleuse, une urne de vin, mon désir et mon amertume : voilà mon Paradis et mon Enfer. Mais, qui a parcouru le Ciel et l’Enfer ? Omar Khayyam (1048-1131)

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑