Un monument français : l’orthographe

- Bonjour, Amadou, veux-tu que je t’aide à faire tes devoirs ? - Oui ! - Nous allons faire l’exercice rédigé au tableau par la maîtresse : « trouvez les deux mots qui sont dans le mot château » ; c’est quoi le premier mot ? - Je sais pas. - Mais si, cherche ! C’est le nom d’un animal. - … ? - regarde... Lire la Suite →

L’Hôpital

Les Lazarets Sur la route entre Ansouis et Pertuis se trouvait une ferme  qui s’appelait l’Hôpital (Elle a changé de nom aujourd’hui). Ce type d’établissement existait souvent à proximité des villes ou des villages.  Dénommé hôpital ou lazaret, il servait à confiner les malades, lépreux, pestiférés,… Les anciens ne connaissaient pas le mécanisme de transmission de la... Lire la Suite →

La mémoire des Sanguinaires

La vague Les Iles Sanguinaires sont un petit archipel posté devant la Baie d’Ajaccio. Il est face aux vents dominants et reçoit la houle de la haute mer. Sans arrêt, dans un mouvement lent de va et vient, les vagues arrivent sur les grèves et les récifs de porphyre rouge. Elles ne cessent de couvrir... Lire la Suite →

Saint Sébastien au Luberon

Quand vous entrez dans l’église Saint Martin d’Ansouis, vous voyez devant vous l’autel de Saint Sébastien[1]. Il est surmonté d’un grand tableau représentant le saint, entouré de colonnes torsadées, imitées du baldaquin de Saint Pierre de Rome. Le tableau montre la représentation classique du saint à l’époque baroque. Il est moitié nu, attaché à un... Lire la Suite →

La seconde poétique

  Suppose le monde ordonné à ton gré. Et puis après ? Suppose achevé la lecture de la lettre. Et puis après ? Suppose que tu as vécu cent ans selon les désirs de ton cœur. Suppose que tu vives cent ans encore. Et puis après ? Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

Notre univers est une tonnelle de roses. Nos visiteurs sont les papillons. Nos musiciens sont les rossignols. Quand il n’y a plus ni roses, ni feuilles, les étoiles sont mes roses et ta chevelure est ma forêt. Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

  Dans les monastères, les synagogues et les mosquées se réfugient les faibles que l’Enfer épouvante. L’homme qui connaît la grandeur d’Allah ne sème pas dans son cœur les mauvaises graines de la terreur et de l’imploration. Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

  Comme la Roue ne tourne pas selon les désirs du sage, Qu’importe que tu comptes sept ou huit cieux, Puisqu’il faut mourir et quitter ces rêves, qu’importe que les vers au tombeau ou les loups dans la campagne dévorent ton cadavre. Omar Khayyam (1048-1131)

La seconde poétique

Un jardin, une jeune fille onduleuse, une urne de vin, mon désir et mon amertume : voilà mon Paradis et mon Enfer. Mais, qui a parcouru le Ciel et l’Enfer ? Omar Khayyam (1048-1131)

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑