La seconde poétique

 

Comme la Roue ne tourne pas selon les désirs du sage, Qu’importe que tu comptes sept ou huit cieux, Puisqu’il faut mourir et quitter ces rêves, qu’importe que les vers au tombeau ou les loups dans la campagne dévorent ton cadavre.

Omar Khayyam (1048-1131)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :