Le lavoir des poux

A Pertuis, face à la rue de la Dévalade qui descend vers le cours d’eau de l’Eze se trouve le lavoir des Poux. Il a été construit en 1882, encastré dans le rempart. Marie-Thérèse Fouilhé[1] propose deux explications à cette appellation curieuse. La première, traditionnelle,  est qu’il y avait beaucoup de poux à cause de l’abreuvoir à... Lire la Suite →

La puce et le roquet

Le christianisme est une religion de l’après. « Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. » dit l’évangile de Jean (Jean 18-36, d’après la traduction de Louis Segond). Le christianisme nous annonce qu’il y aura la fin du monde, le jugement dernier et que ceux qui seront jugés favorablement auront droit à la vie éternelle... Lire la Suite →

Les iris de Camus

En ces temps de confinement, nous relisons nos classiques. Le hussard sur le toit de Giono, et la Peste d’Albert Camus sont dans les meilleures ventes, circonstances obligent. Au début de son roman, Camus dit la sidération de tous devant l’épidémie. « Les fléaux en effet sont une chose commune, mais on croit difficilement aux fléaux lorsqu’ils vous tombent sur... Lire la Suite →

Déconfinement, enfin

Cette semaine, nous sommes allé prendre une bière et un sirop d’orgeat sur la terrasse du  Bar Bleu. C’était la première sortie après le confinement. Quand j’arrive à Pertuis, je passe le Pont de l’Eze, longe la station Total, et remonte la place de la Diane. Je débouche alors sur la Place Parmentier, à l’entrée de... Lire la Suite →

L’Hôpital

Les Lazarets Sur la route entre Ansouis et Pertuis se trouvait une ferme  qui s’appelait l’Hôpital (Elle a changé de nom aujourd’hui). Ce type d’établissement existait souvent à proximité des villes ou des villages.  Dénommé hôpital ou lazaret, il servait à confiner les malades, lépreux, pestiférés,… Les anciens ne connaissaient pas le mécanisme de transmission de la... Lire la Suite →

Saint Sébastien au Luberon

Quand vous entrez dans l’église Saint Martin d’Ansouis, vous voyez devant vous l’autel de Saint Sébastien[1]. Il est surmonté d’un grand tableau représentant le saint, entouré de colonnes torsadées, imitées du baldaquin de Saint Pierre de Rome. Le tableau montre la représentation classique du saint à l’époque baroque. Il est moitié nu, attaché à un... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑