Premières traces

Martialis en 16
Une des premières mentions manuscrites de Martialis

L’inventaire des monuments historiques

A la fin des années 1960 et au cours des années 70, le patrimoine architectural du Pays d’Aigues fit l’objet d’un travail d’inventaire mené par le Ministère de la Culture. Ce travail est finalisé en 1981 par la publication de l’Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques du Pays d’Aigues.
Celui-ci contient une notice sur Martialis. Celle-ci s’appuie sur une étude archivistique et sur le terrain réalisée par Elisabeth Sauze et Neste Fustier, illustrée de photographies de Gérard Roucaute. Cette étude a été publiée sur internet. Cette publication a été faites par le Conseil Régional de Provence-Alpes-Cote-d’Azur. Celui-ci est désormais en charge de l’inventaire des monuments, du fait des transferts de compétence liées aux lois de décentralisation.
La date de l’enquête est de 1968, et la date de rédaction 1987 (soit après la publication de l’Inventaire). Le plus probable est que l’essentiel du travail a été fait en 1968, et que sa finalisation  est de 1987. Elisabeth Sauze est également celle qui a fait l’étude sur la Villa Marciana. Elle connaissait donc son sujet.
L’étude porte sur l’époque où Martialis appartenait à des aristocrates. Elle est incomplète. Du point de vue archivistique d’abord, les étudiants n’ont trouvé d’éléments ni sur la principale phase de construction, ni sur les transferts de propriété, qui ont fait que la maison a appartenu à plusieurs familles aristocratiques successives. En tant qu’enquête de terrain. Ils n’ont pu accéder à l’intérieur de la maison qu’à l’étage inférieur de la bâtisse principale. Le reste leur est inconnu.
Mais avec ces limites, ce travail est le plus sérieux trouvé sur cette première époque. Pour l’instant, il n’a été possible de le compléter qu’avec l’observation sur le terrain, et les informations concernant les familles disponibles sur internet.

Première constructions connues : La maison des Sabran

Un inventaire de la région a été fait en 1578. Il ne mentionne pas Martialis. Le bâtiment apparaît en 1604 dans un acte juridique comme appartenant à Marguerite de Forbin, femme d’Honoré de Sabran, baron d’Ansouis.
Cette branche des Sabran s’arrête dix ans plus tard avec la mort de Gaspard de Sabran le 14 mai 1614. Celui-ci a perdu son fils unique, Etienne, auparavant. Il lègue alors son titre et ses biens  à un de ses cousins Sextius d’Escalis, sous condition que celui-ci reprenne son nom.
Sextius d’Escalis Baron de Bras est un noble habitant Aix en Provence et Marseille. Il est

Mairie Aix
Aix en Provence le beffroi

aussi consul d’Aix-En-Provence en 1630, 1647, 48, 49,50 (le titre de consul est l’équivalent de celui de  maire), et viguier (juge) de Marseille en 1636. Il a été aussi Capitaine Lieutenant de la Compagnie des Gendarme du gouverneur de Provence, le Maréchal de Vitri. Il possède de nombreuses terres et seigneuries. Il est seigneur de Saint Jullien, d’Estoblon, de Bellegarde. Il hérite de la seigneurie de St Martin de Pallières par la mort sans postérité de Louis d’Escalis, son cousin et beau frère. Enfin il hérite d’Ansouis grâce au legs de Gaspard de Sabran.
Pour autant qu’on puisse le comprendre, Sextius d’Escalis mène la vie d’un noble de Province s’occupant de ses terres et participant à la vie politique locale. Il est mentionné comme chef de partie dans un conflit entre le Parlement et  l’administration royale.
Le changement de famille fait basculer Martialis dans la zone d’influence de Aix. Toutes les familles qui seront propriétaires de la maison du XVII au premier XIX°s appartiennent à la noblesse aixoise. Pour eux, la ferme est l’une de leurs propriétés où ils peuvent se retirer lorsque la chaleur de l’été rend la ville étouffante.
« Le 26 janvier 1632, Sextius d’Escalis, baron d’Ansouis, donna à prix- fait à Claude Brun, Jean Figuière, Marc et Esprit Mouret, tous maçons de Cucuron, la construction d’un corps de logis de deux étages sur cave, en blocage enduit avec deux portes et deux fenêtres en pierre de taille. L’ouvrage fut achevé́ en avril 1634 et coûta 300 livres.
La bastide de Martialis est encore mentionnée comme propriété́ seigneuriale en 1649 ». (étude Sauze-Fustier).
En 1649, Sextius est encore vivant. Il meurt de la peste l’année suivante, alors qu’il est consul. « Lors de son dernier consulat il s’exposa pour soulager le peuple affligé du mal contagieux duquel il fut lui-même atteint et il en mourut, grandement regretté du peuple, dont il avait gagné le cœur par son grand zèle pour le bien public. » (Etat de la Provence)
C’est sans doute après son décès que Martialis est vendu à la famille De Michaelis. Cette vente dont la date est inconnue permet à la maison d’entrer dans le domaine de ceux qui vont lui donner l’essentiel de son apparence actuelle.

bastide aristocratique
Martialis bastide aristocratique

Bibliographie

– P.A Fevrier (Dir.) : Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de la France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Vaucluse, le Pays d’Aigues, (Imprimerie Nationale, 1981)
– Neste Fustier, Elisabeth Sauze : Etude historique et analyse architecturale de Martialis https://dossiersinventaire.regionpaca.fr/gertrude-diffusion/dossier/demeure-bastide/9a285bce-5796-4981-b702-558421250425#top
– arbre généalogique sur Geneanet de Guillaume de Wailly (https://www.geneanet.org/profil/wailly)
– Abbé Espilly Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules …, Volumes 1-6 (1762-1770) sur Google Books
– Dominique Robert de Briançon : L’Etat de la Provence, Volume 2 (Aubouin-1693) sur Google Books
– Laurent Coste et Sylvie Guillaume : Elite et crises du XVI° au XXI° siècle Europe et Outre-mer (Armand Colin-2014) sur Google Books

Un commentaire sur “Premières traces

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :